COURGES … et courgettes

 

Avant Christophe Colomb, nos Anciens ne connaissaient que les calebasses, appelées gourdes ou courges selon le dialecte. Depuis le XIXème siècle, le terme « courge » englobe toute une synonymie : calebasse, citrouille, coloquinte (non comestible), cougourde, potimarron, potiron, etc. 

En soupe, en plat gratiné ou en tarte, de l’entrée au dessert, les courges et les courgettes font honneur à notre table. Pauvres en calories, elles conviennent à tous les régimes. Elles appartiennent à la famille des « Cucurbitacées ». Les courgettes (Cucurbita pepo L.), de couleur verte ou jaune, à la forme longue ou ronde, se cueillent l’été. Les courges (Cucurbita maxima L.), fruits d’hiver aux nombreuses formes et couleurs, se récoltent l’automne.

Exigences de culture : les courges aiment les sols riches et frais (humus et potasse). « Coureuses » pour la plupart, elles se distancent de 2 à 3 mètres et réclament la chaleur pour atteindre la maturité avant les premières gelées. Pour gagner de l’espace, elles peuvent se conduire en « spirales » le long d’un treillis formant un cylindre vertical au diamètre de 50 cm (pied à l’extérieur).

Semis sous abri : dès la mi-avril, dans un godet rempli de terreau, placez 2 ou 3 graines et recouvrez de 3 fois leur épaisseur. Maintenez la fraîcheur. Etalez la production par des semis successifs. Après le 15 mai, lorsque les plants possèdent 2 ou 3 vraies feuilles, repiquez en pleine terre dans des trous enrichis (compost mûr avec fumier décomposé).

Semis en pleine terre : après le 15 mai (T° min.16°) semez en poquets 3 graines séparées de 10 cm ou sur monticules de fumier. Dès la levée, protégez des limaces. Ne conservez que le plus beau plant. Paillez le sol pour limiter l’évaporation, et évitez la pourriture en posant un support sous les fruits.

Taille des coureuses et entretien : après les 2 ou 3 premières vraies feuilles qui poussent derrière les cotylédons, coupez la tige pour qu’elle se développe en 2 branches. Ensuite, pincez ces bras sur 5 ou 6 feuilles, et à nouveau à 2 feuilles après chaque fruit « lorsque celui-ci est bien formé » ! Si possible, marcottez les tiges pour provoquer l’émission de racines nourricières adventives. Arrosez régulièrement et copieusement (10/12 l.) le pied une fois par semaine (+ du purin d’ortie dilué jusqu’à formation des fruits, mais plus après) sans mouiller le feuillage pour éviter l’oïdium.

A savoir : la chaleur et la nourriture conditionnent la culture. Plante monoïque, les fleurs mâles apparaissent avant les fleurs femelles. Un étalement des semis est donc recommandé pour favoriser la fécondation. D’autant que celle-ci n’est possible que quelques heures par jour et que les fleurs, ayant une vie très brève, avortent et tombent si elles ne sont pas fécondées.

Récolte et conservation : avant les premières gelées, cueillez délicatement les courges, avec leur pédoncule, lorsque celui-ci commence à sécher. Ressuyez au sec et conservez dans un local aéré à température modérée (10-16°). Evitez les chocs !

 

Les COURGETTES

Très productives, les courgettes, longues ou rondes, ne sont pas coureuses. Elles présentent les mêmes exigences que les courges et peuvent se récolter très jeunes. Alors tendres, elles ne nécessitent pas d’épluchage, mais elles ne se conservent pas !

Maladies et ennemis

Outre le feuillage mangé par les limaces et les escargots, il faut craindre la pourriture grise (surtout pour les variétés rondes), l’oïdium et la cladosporiose dont le champignon sévit par temps frais (jours de rosée) et provoque des taches grises avec gomme sur les fruits.

 

 Robert Coune