JARDINER AVEC LA LUNE

 HISTORIQUE 

 Dès 1924, Rudolf Steiner, scientifique et philosophe autrichien, jette, dans une série de conférences destinées aux agriculteurs, les « Fondements spirituels de la méthode bio- dynamique ». Les mesures préconisées s’inspirent de l’anthroposophie. Le concept prend pour hypothèse que les matières composant les plantes et les animaux ne sont pas simplement des matières mortes incorporées dans un système vivant mais qu’elles sont elles-mêmes porteuses de forces vitales qui s’expriment dans la vitalité des plantes et des animaux. La biodynamie se  démarque nettement des autres courants bios par son côté philosophique et par des pratiques  culturales spécifiques qui associent les activités agricoles aux cycles lunaires et astraux.

PARTICULARITES DE LA METHODE BIODYNAMIQUE

Depuis COPERNIC, l’homme sait que les planètes tournent autour du Soleil : c’est le système héliocentrique. Mais, en tant qu’habitants de la terre, si nous voulons découvrir le cosmos comme notre environnement et en comprendre les influences sur la Nature, nous adoptons le système géocentrique de Ptolémée. Vu de la Terre, nous constatons que le Soleil, la Lune et les planètes se déplacent tous, d’est en ouest, à l’intérieur d’une étroite bande du ciel, appelée cercle du Zodiaque et comprenant les 12 constellations qui se partagent les 360° du cercle. Le Soleil parcourt ce cercle en une année, la Lune en environ un mois et les planètes sur des périodes plus ou moins longues selon leur éloignement par rapport au Soleil et selon l’importance de l’ellipse qu’elles parcourent.

 Selon une classification issue de la Tradition, les 12 constellations sont réparties en 4 groupes ternaires :

  • 3 signes de Feu/Chaleur = Bélier, Lion, Sagittaire.
  • 3 signes de Terre/Froid = Taureau, Vierge, Capricorne.
  • 3 signes d’Air/Lumière = Gémeaux, Balance, Verseau.
  • 3 signes d’Eau/Humidité = Cancer, Scorpion, Poissons.

Ainsi, sur une année, le Soleil passe successivement devant chacune des 12 constellations et la durée de séjour devant chacune d’elle est fonction de l’espace (nombre de degrés dans le cercle) qu’elle occupe dans le ciel. C’est la division de l’astronomie qui n’a rien à voir avec celle  de lastrologie qui elle divise, arbitrairement, le cercle en 12 parties égales de 30° chacune.

En se basant sur les principes philosophiques dérivés de la pensée de GOETHE et énoncés par Rudolf Steiner, dans son cours aux agriculteurs, plusieurs chercheurs ont expérimenté la méthode qu’il préconisait. Parmi eux : Ehrenfried PFEIFFER, aux Etats-Unis - Maria THUN, en Allemagne - Alex PODOLINSKI en Australie.

Les recherches effectuées en Hesse, depuis plus de 50 ans, par Maria THUN avaient pour but de découvrir des relations pouvant exister entre les configurations célestes et le comportement des végétaux. Elle a ainsi pratiqué et continue de pratiquer, de manière scientifique, des milliers de semis de plantes sous diverses configurations et en appliquant les principes de Rudolf Steiner. Ces essais (publiés en 18 langues) montrent, de manière significative, que le passage de la Lune devant chacune des constellations durant 2 à 4 jours (rythme sidéral) joue un rôle d’amplificateur (un peu comme le ferait une loupe) qui concentre les influences respectives des différentes constellations.

  • Ainsi, les signes de Terre favorisent les racines des plantes
  • les signes d’Eau favorisent les tiges et les feuilles 
  • les signes d’air favorisent les fleurs
  • les signes de Feu favorisent les fruits et les graines

Pour que ces influences puissent s’exprimer pleinement dans la plante et la renforcer, il faut accomplir les travaux du sol, les semis, les plantations, les soins, et les récoltes aux moments les plus propices pour chaque type de plante. Elle a aussi remarqué que les planètes exercent une influence sur les plantes :

  • Mercure, Saturne et Pluton favorisent les fruits et les graines
  • Venus, Jupiter et Uranus favorisent les fleurs
  • Mars et Neptune favorisent les tiges et les feuilles.

Ces moments précis sont indiqués dans le « calendrier lunaire »

En observant le Soleil on constate qu’il décrit dans le ciel un arc de plus en plus long depuis janvier jusqu’au début de l’été puis de plus en plus court jusqu’à la fin de l’année. Il en est de même pour la Lune qui « monte » dans le ciel (par rapport à l’horizon) durant environ 2 semaines, puis « redescend » pendant les 2 semaines suivantes. Ce rythme, appelé rythme tropique, dure 27,3 jours.

Les essais de Maria THUN montrent que durant la période de lune « montante » (ascendante), la montée de sève est plus forte. C’est la période idéale pour prélever les greffons et greffer, pour récolter les fruits qui sont plus juteux, plus savoureux et se conservent mieux, pour récolter les fleurs et les plantes aromatiques qui sont plus parfumées et se conservent mieux. Durant la période de lune « descendante » la montée de sève est réduite, c’est pourquoi elle est indiquée pour les opérations de taille, l’abattage de bois d’œuvre et pour fumer les jardins. Cette période est aussi appelée période de plantation car, alors, les plantes s’enracinent facilement et se lient rapidement à leur nouvel environnement (repiquage, plantation, transplantation). C’est aussi la meilleure période pour pratiquer les labours, binages et sarclages).

Ce rythme « montant » puis « descendant » s’applique également à la journée. Durant la matinée, on se trouve dans un mouvement ascendant ; les forces vont du bas vers le haut : c’est le bon moment pour récolter une laitue. Après 15h00 et en soirée, les forces descendent vers les racines : c’est le moment de récolter quelques radis. C’est aussi le moment de biner. Entre midi et 15h00, c’est un peu la sieste de la nature : ne pas travailler au jardin. Ce schéma fondamental peut être bouleversé par des configurations particulières comme les éclipses lunaires et solaires, les oppositions de planètes, les nœuds lunaires, les nœuds planétaires, les périgées (lune à 360000 km de la terre), les apogées (lune à 406000 km de la terre)… Il s’agit là de périodes particulièrement défavorables durant lesquelles il est préférable de s’abstenir de toute activité au jardin.

Parallèlement à ces pratiques, les biodynamistes utilisent, dans le but d’améliorer l’état organique du sol et de reconstituer l’humus :

Des préparations à appliquer sur le sol ou sur les végétaux :

  • Bouse de corne n° 500 : il est fait de fumier frais de vache incorporé dans des cornes de vache et enterré durant 6 mois pour fermentation. C’est une pulvérisation particulièrement destinée au sol. Elle favorise la structure du sol, l’activité microbienne et la formation d’humus. Elle renforce aussi la croissance des racines et leur développement en profondeur. C’est une préparation essentielle.
  • Silice de corne n°501 : du cristal de roche (silice) réduit en poudre fine est placé dans des cornes de vache et enterré durant 6 mois pour y subir une dynamisation. Elle a pour effet de stimuler la croissance des tiges et des feuilles et de renforcer les processus d’assimilation chlorophyllienne. Elle améliore le métabolisme de la lumière (photosynthèse) et apporte une vigueur et une qualité lumineuse aux plantes. Elle équilibre la trop grande luxuriance et atténue les tendances aux maladies.
  • Compost de bouse Maria Thun : De la bouse de vache est mélangée à des coquilles d’œufs finement broyées et à de la poudre de basalte. Le tout est mélangé « dynamisé » pendant une heure dans un tonneau partiellement enterré puis on y introduit les six préparats dont question ci-après. Le tonneau est refermé par un couvercle de bois. Après 4 semaines, le contenu est à nouveau mélangé et est près pour l’utilisation 2 semaines plus tard. Dilué et dynamisé dans de l’eau de pluie et finement pulvérisé sur le sol, ce compost a pour effet d’activer les transformations dans le sol, il stimule les organismes qui favorisent une bonne structure du sol et une meilleure agrégation des substances organiques et minérales.

Des préparats à incorporer dans le compost pour en favoriser le mûrissement et le vivifier :

  • n° 502 : fleurs d’achillée millefeuille enfermées dans des vessies de cerf et enterrées durant 6 mois incluant l’hiver. Il a pour effet de stimuler l’emploi du soufre et du potassium par les végétaux durant leur croissance et par conséquent sur la formation et l’équilibre des protéines et des hydrates de carbone. L’achillée est « liée » à la planète Venus (fleur).
  • n° 503 : fleurs de camomille matricaire enfermées dans l’intestin grêle de vache et enterrées durant tout un hiver. La camomille contient une hormone de croissance qui stimule la multiplication des levures. En outre, elle agit en très hautes dilutions. La camomille est « liée » à la planète Mercure (fruit).
  • n° 504 : feuilles et tiges d’ortie dioïque enterrées à 60 cm de profondeur dans un sol riche en humus et isolées du sol par une mince couche de tourbe. Elles subissent ainsi une fermentation d’une année complète. Dans le compost, le 504 empêche les processus de fermentation et de décomposition anormaux ainsi que les pertes d’azote. Elle donne au compost et au sol une sensibilité, une sorte de « raison » et favorise une bonne humification. L’ortie est « liée » au Soleil.
  • n° 505 : écorce de chêne, grossièrement broyée, provenant d’un arbre d’âge moyen et enterrée dans un crâne de ruminant. Elle renforce la vigueur des végétaux et leur résistance aux maladies. Le chêne est lié à la planète Mars (Feuille).
  • n° 506 : fleurs de pissenlit enfermées dans le mésentère de ruminant. A pour effet des augmentations remarquables de calcium, magnésium, azote nitrique, phosphates et oligo-éléments. Il stimule fortement l’activité bactérienne aussi bien en aérobie qu’en anaérobie. Le pissenlit est « lié » à Jupiter (fleur).
  • n°507 : extrait liquide obtenu en pressant des fleurs de valériane. Utilisé sous forme de haute dilution (une goutte pour 10 litres d’eau), il est pulvérisé sur le compost attire les vers de terre et stimule leur multiplication. Elle aide à la mobilité du phosphore dans les sols et forme une sorte de manteau de chaleur protecteur autour du compost, une peau indispensable à tout organisme. Ce préparat constitue également une aide précieuse pour les plantes en manque de lumière et pour celles qui ont souffert du gel. La valériane est « liée » à la planète Saturne (fruit).

 Plusieurs séries différentes d’expériences effectuées en Allemagne dès 1953-1954 ont démontré que l’administration des préparats au compost influençait la formation de l’humus stabilisé. Ceci fut démontré en déterminant la capacité de la matière organique à emmagasiner des éléments nutritifs, cette capacité s’accroissant au fur et à mesure que le compost mûrit pour se transformer en humus stable. Ces préparats sont difficiles à élaborer soi-même étant donné la nécessité d’utiliser du matériel peu commun. On peut se les procurer auprès d’organismes régionaux fédérés au Mouvement de Culture BioDynamique, par exemple, le MCBD de Wallonie.

Des tisanes de plantes : les fleurs sont couvertes d’eau bouillante, passées au bout de 15 minutes et pulvérisées après refroidissement. L’ortie est mise dans l’eau froide et on laisse l’eau venir à ébullition. La prêle et l’écorce de chêne sont mises dans l’eau froide, et, bouillies pendant 15 minutes :

  • tisane d’achillée millefeuille : l’achillée joue un rôle particulier dans la mobilité du soufre et de la potasse. La tisane renforce le processus du potassium et permet de limiter l’usage du soufre.
  • tisane de camomille : elle renforce les processus du calcium et du carbone. Elle régularise les processus de l’azote et permet de limiter l’usage du cuivre.
  • tisane d’ortie : elle renforce les processus fer, manganèse, soufre, potassium et calcium et est un bon préventif du mildiou.
  • tisane de pissenlit : elle renforce le processus silicium et renforce la résistance aux maladies.
  • tisane d’écorce de chêne : elle facilite l’assimilation du calcium et renforce la résistance aux maladies. Elle régularise les maladies des plantes dues à des phénomènes de prolifération, d’exubérance.
  • Tisane de prêle : elle diminue l’effet de la Lune sur la poussée des maladies cryptogamiques mais ne peut pas être associée aux autres tisanes.

QUELQUES RECOMMANDATIONS LIEES AUX OBSERVATIONS DE MARIA THUN :

« Mauvaises herbes » : Si l’on travaille le sol quand la lune est en Lion, les graines des mauvaises herbes germent très facilement. Deux semaines plus tard, on les enfouit dans le sol juste avant de semer. Quand la lune se trouve devant le Capricorne, il ne germe que peu de mauvaises herbes, c’est un bon moment pour sarcler les pommes de terre et les légumes racines : le jardin restera plus propre.

Pommes de terre : Eviter de les biner et de les buter en jours feuille : elles seraient plus sensibles au mildiou. Les pommes de terre cultivées pour l’obtention de plants seront plantées en lune devant le Bélier : après récolte, on les saupoudre d’un peu de cendre de bois pour une bonne conservation.

Pelouse  : La semer en jour feuille. Première tonte avec la lune devant le Cancer pour renforcer les racines. Des tontes en jours feuilles la rendront plus dense mais elle poussera aussi plus vite. Par la suite, des tontes en jour fleur ralentiront la repousse.

Légumes  : les jours feuille sont à proscrire pour récolter tous les légumes à conserver y compris les légumes feuille. Ils se détériorent plus rapidement car ils contiennent davantage d’eau. Pour une consommation immédiate, il va de soi que plus c’est frais et mieux c’est !

Fruits  : Les récolter en jours fruit et lune montante : ils seront plus savoureux et se conserveront mieux. C’est également vrai pour la fabrication de conserves, confitures, jus…

Chou fleur  : donne les meilleurs résultats en le cultivant en jours feuille et en le récoltant en jour fleur.

Oignons et ail  : qui sont des plantes feuilles réagissent très bien lorsqu’ils sont traités comme plantes racines. Lorsqu’ils sont cultivés en jours feuille, ils se développent bien mais ne se conservent pas. Cultivés en jours fleur ou fruit, ils montent plus rapidement en graine.

Poireau  : Cultivé en jours feuille, ce sont les feuilles qui se développent au détriment de la racine ; pour obtenir de beaux blancs de poireaux, les cultiver en jours racine.

Plantes médicinales  : Les récolter en jours fleur si l’on veut les conserver.

Brocoli  : Donne les meilleurs résultats en le cultivant et le récoltant en jours fleur.

Pois et haricots  : Se cultivent et se récoltent en jours fruit.

Engrais vert  : les engrais verts de la famille des légumineuses fixent davantage d’azote dans les nodosités de leurs racines lorsqu’ils sont cultivés en jours racine.

Tomates  : Les meilleures dates de semis sont celles où le soleil est devant le Verseau. Les tomates se cultivent et se récoltent en jours fruit. Dans le cas contraire, par exemple si l’on coupe les gourmands en jours feuille, on peut s’attendre à une attaque de mildiou !

Greffons d’arbres fruitiers  : Les prélever, en jours fruit et en lune montante de mi-février à mi-mars. Les conserver dans un tissu humide et en cave fraîche. Le greffage se fait en jours fruit et lune descendante fin avril, début mai.

Semences  : Pour produire des semences soi-même, on sème et cultive sous l’influence favorable de la plante que l’on veut reproduire. A partir du moment où la plante atteint son plein développement, on lui prodigue tous les soins nécessaires en jours fruit pour favoriser la bonne formation de ses graines. Enfin, on récolte les graines sous l’influence favorable.

Boutures  : Le but recherché étant de favoriser l’émission de racines, on plante les boutures en lune descendante sous l’influence favorable à la plante que l’on veut multiplier. Les tiges à bouturer doivent être prélevées en lune montante lorsqu’elles sont gorgées de sève.

Bois de chauffage  : Il sèche plus rapidement s’il est coupé en soleil et lune descendants car il est moins gorgé de sève.

ADRESSES UTILES :

MOUVEMENT DE CULTURE BIO-DYNAMIQUE DE WALLONIE

Jacques Paris, 8 rue du Village, 5590 SERINCHAMPS – biodyn@tele2.be

LA MAISON DE LA BIO-DYNAMIE 5, Place de la Gare, 68000 Colmarwww.bio-dynamie.orginfo@bio-dynamie.org

NATURE & PROGRES : www.natpro.be

SOURCES & BIBLIOGRAPHIE  :

GUIDE DE L’AGRICULTURE BIOLOGIQUE – Valérie

Liénard et Frédéric Pierreux - Nature & Progrès – Septembre 2000

AGRICULTURE BIOLOGIQUE – Philippe Desbrosses - Editions du Rocher – 1998

COMMENT PREPARER UN RETOUR A LA TERRE - G. Guet Editions de la Lanterne – avril 1980

LA CONTRAINTE OU LA MORT – René Dumont et Gilles Boileau Editions du Méridien – 1990

JARDINER AVEC LA LUNE – Publication annuelle Editions Rustica

JARDINER AVEC LA LUNE ET LE CIEL – Xavier Florin - Editions S.A.E.P – 1992

CALENDRIER DES SEMIS – Maria et Matthias Thun, Publication annuelle (+/- 10 €) Edition du Mouvement de Culture Bio-Dynamique – Paris. Ce calendrier tient compte des positions de la lune mais aussi de celles des planètes.

INDICATIONS RESULTANT DE LA RECHERCHE SUR LES CONSTELLATIONS. Maria Thun Tome 1 : 1988 Tome 2 : 1996 - Edition du Mouvement de Culture Bio-Dynamique – Paris

PRATIQUER LA BIO-DYNAMIE AU JARDIN – Maria Thun. Edition du Mouvement de Culture Bio-Dynamique – Paris – 1995