La culture des TOMATES

(résumé de la conférence du 04-02-2011, donnée par André Sansdrap au Cercle horticole de Faimes)

Introduction : Originaire des Andes, rapportée par les Espagnols, la tomate (Solanum lycopersicum L.) regroupe 9 espèces, dont une seule est cultivée (esculentum), mais elle compte plusieurs milliers de cultivars. D’abord en usage médicinal (pomme d’amour), elle ne devient alimentaire qu’au 19ème siècle.

A savoir : production mondiale 105 millions de tonnes – Europe 20 MT - Belgique 200.000 tonnes (= 600 ha) – système racinaire superficiel (70 % entre 0 et 20 cm) – inflorescences de 5 à 12 fleurs auto et allo-fécondables – 1 gramme contient 300 graines – durée germinative 4 ans (conservation au froid et au sec) – durée de formation de la fleur au fruit = 2 mois.

Morphologie : forme (côtelée, ronde, allongées, pointues) et couleur (jaune, rouge, violet) variées.

Croissance : 2 types de croissance distinguent les cultivars :

  • indéterminée (ou illimitée) : après les 2 cotylédons, croissent 6 feuilles et une inflorescence. Celle-ci s’incline sous la poussée d’un aileron-tige né à son aisselle et sur lequel croissent à nouveau 3 feuilles, 1 grappe, 3 feuilles, 1 grappe, etc. Le cycle se répète indéfiniment (§ liane).
  • à croissance déterminée (ou limitée) : cycle feuille/grappe identique, mais le nombre de feuilles diminue … 6F+1G3F+1G2F+1G1F+1G puis arrêt de la croissance.

Variétés : outre les OGM interdits en Europe, 2 catégories se distinguent par leurs caractères fixes en lignée pure (morphologie, productivité, résistance aux maladies, adaptation au climat, etc.) ou instables en F1.

Exigences de culture : avec un pH de 6,5 à 7 et une bonne structure (porosité/drainage = fumure organique) toute texture de sol convient (sable/argile). Un maximum de lumière donne un rendement maximum. Au printemps et en automne, un plant de tomate réclame 1 litre d’eau par jour, et 1,5 l. en été. L’arrosage par à-coups engendre le fendillement des fruits, préférez le goutte à goutte. Une hygrométrie de l’air supérieure à 60 % le jour et 70 % la nuit, favorise la nécrose apicale (absorption du Ca bloquée) et nuit à la nouaison. D’où importance de l’aération en serre. Mais la température joue aussi un rôle déterminant …


Températures …

 

… du sol

 

…de l’air en journée

 

… de l’air la nuit


Minimum

 

14°

 

17° (selon variété 14/15°)

 

13°


Optimum germination

 

25°

 

18 à 20°

 

18 à 20° pdt 5 jours


Optimum croissance

 

15 à 20°

 

18 à 20°

 

15°


Optimum. fructification

20°

22 à 25°

13 à 17°

Fumure : indispensable d’enfouir un engrais organo-minéral avant plantation, (10 à 15 kg/m² de compost mûr + NPK), suivi d’un complément NPK 75 jours après. Ou opter pour la fertilisation minérale suivante :


Fumure en g/10 m²

Azote (N)

Phosphate (P)

Potassium (K)


Avant plantation

2,5 à 6 g (= 25 %)

1,5 à 2,5 g (= 50%)

10 à 15 g (= 50%)


Au début de la récolte

3 à 8 g (= 35 %)

1,5 à 2,5 g (= 50%)

6 à 9 g (= 30%)


4 semaines plus tard

4,5 à 11 g (= 45 %)

Rien

4 à 6 g (= 20%)


Total (g/10 m²)

10 à 25 g/10 m²

3 à 5 g/10 m²

20 à 40 g /10 m²

Plantation, conduite et fécondation : semez en terrine, repiquez 2 ou 3 fois en pot de 8 puis 13 cm en enterrant les cotylédons. Plantez en espaçant largement (80cm X 50cm = 2,5 plants /m²) et en enterrant la tige jusqu’aux 1ères feuilles pour obtenir des racines adventives. Conduisez en tige verticale avec tuteurage solide. Selon variété, pincez après 4 ou 5 bouquets. Otez les rejets aux aisselles quand ils atteignent 10 cm. Lors de la floraison, frappez les tuteurs 2x/semaine pour aider la pollinisation. Après nouaison, sélectionnez en égrenant et supprimez les bouquets tardifs. N’effeuillez qu’en septembre. N’associez jamais tomates et cucurbitacées et pensez « rotation » (retour même place après 5/6 ans).

Maladies : mildiou (Cu, mancozèbe) – botrytis (thiram + aération) – viroses (selon choix variétal) – insectes (plaques de glu jaunes et bleues contre aleurodes/pucerons + carton à bière sur tige à 3 cm du sol contre noctuelles), etc.

Robert Coune